Le 11 juin 1980, à la sortie du conseil des ministres, les photojournalistes de l’Elysées refusent de prendre des clichés et posent leur appareil au sol. La raison ? Un matraquage lors d’une manif quelques jours auparavant. THREAD à dérouler👇 #StopLoiSecuriteGlobale

6:16 PM · Nov 21, 2020

63
1,630
2,305
Pour comprendre, un peu de contexte : en 1980, Valéry Giscard d’Estaing est Président de la République. Il doit subir une forte crise économique. L’inflation s’envole. Il doit faire des économies.
2
9
114
Le gouvernement souhaite signer un projet de nouvelle convention médicale. Parmi les mesures proposées, la création de 2 secteurs tarifaires chez les médecins. Les syndicats craignent l’instauration d’une médecine à deux vitesses.
1
9
106
Le 5 juin 1980, la journée est marquée par une importante grève dans plusieurs secteurs. A Paris, près de 50 000 manifestants défilent à l’appel de la CGT.
1
13
113
A la fin de la journée, une seconde manifestation, regroupant seulement entre 3000 et 5000 personnes, avait lieu du côté de l’avenue Duquesne, adresse du ministère de la Santé.
1
6
96
Une délégation de manifestants demande à être reçue par le ministre de la Santé, Jacques Barrot. Leur demande est refusée. De même pour rencontrer le Premier Ministre Raymond Barre.
2
5
97
Les manifestants décident alors de se mettre en marche vers le palais de l’Elysées et remontent le boulevard des Invalides.
1
7
114
GIF
Mais arrivés sur le pont Alexandre III, un cordon de CRS bloqué le passage. Des manifestants veulent forcer le passage et des heurts éclatent. : 5 médecins, 2 photographes (Georges Bedrihem de l’AFP et Jean-Pierre Defail du Point) ainsi que le motard de l’AFP sont blessés.
2
25
130
Sous la « brutalité policière », comme l’écrit Le Monde, 5 médecins, 2 photographes – Georges Bendrihem de l’AFP et Jean-Pierre Defail du Point – ainsi que le motard de l’AFP sont blessés.
1
16
117
« Victime d’un matraquage de la part des forces de l’ordre, le photographe de l’AFP Georges Bendrihem proteste avec conviction. », écrit de son côté le photojournaliste Alain Keler pour accompagner son cliché sur son blog.
3
20
122
Suite aux événements, les syndicats des médecins comme de journalistes protestent : « Chacun a vu les photos où un gradé en uniforme matraque sauvagement notre collègue qui a été blessé à l’œil droit », écrit l’Union nationale des syndicats de journalistes (UNSJ).
1
21
116
A l’AFP, un arrêt de travail de 30 minutes a été observé et son PDG, Henri Pigeat, écrit au ministre de l’Intérieur. Un appel à boycotter toutes prise de vue le 11 juin, jour du conseil des ministres, est lancé par l’UNSJ.
2
17
122
Le mouvement est largement suivi et à la sortie du Conseil des ministres du mercredi, les photographes déposent leur appareil dans la cour d’honneur de l’Elysée. Seule une photo est prise👇
3
38
214
En réponse, le ministre de l’Intérieur, Christian Bonnet exprime ses regrets et demande au préfet de police de rendre des comptes. Il indique aussi que des sanctions seront prises au vue de l’enquête.
1
15
139
Alors que les violences envers les journalistes sont de plus en plus fréquents, l’UNSJ réclame la création d’un brassard de presse valable sur tout le territoire.
1
9
129
Il faudrait attendre novembre 1980 pour que la brassard soit créé, après plusieurs protestations des journalistes. Il est délivré par la CCIJP, qui délivre la carte de presse, et doit assurer « une réelle protection vis-à-vis des forces de l’ordre », s’engage alors le ministère.
1
11
127
40 ans après, le brassard n’a pas pour autant résolu le problème et des journalistes sont encore victimes de violences dans les manifestations. Au contraire, la Loi de Sécurité Globale vise à limiter la diffusion de ces violences. #StopLoiSecuriteGlobale
8
127
371
Merci d’avoir lu ce thread !
24
10
374
Merci beaucoup pour tous vos retours. Comme il me l’a été conseillé, je précise dans ce tweet les principales sources qui m’ont aidé pour ce thread : Le Quotidien du Médecin, les archives du Monde et le site de l’INA.
1
3
88
Pour les photos, je n’ai pas retrouvé le nom de l’auteur de la fameuse photo (si jamais vous l’avez je suis preneur), tout comme celui de la 1ère photo de G. Bendrihem (Getty mentionne seulement l’AFP). La seconde photo est signée Alain Keler, photographe de l’agence Sygma.
5
3
62
.@julienmuguet me signale qu'il s'agit d'une photo de Pierre Guillaud de l'AFP.
Replying to @KemmelEmile
Il s'agit de Pierre Guillaud de l'AFP (qui a apparemment eu le temps d'en faire en couleur et en noir et blanc donc) u.afp.com/3FJD
0
1
33