Ce n'est pas la première fois que des fafs en gilet jaune s'attaquent à d'autres manifestants. Il y a une semaine, le 19 janvier, le camarade @yanouz a été violemment pris à partie dans la manif parisienne des GJ alors qu'il portait une pancarte « refugees welcome ».

7:57 PM · Jan 26, 2019

1
117
5
104
Comme il exprimait son souhait de témoigner, on s'est rencontré il y a quelques jours.
1
18
1
17
Voici ce qu'il nous a raconté. Il venait de remonter la manif en direction du cortège de tête lorsque, arrivé à Montparnasse, il se fait alpaguer par un grand type qui lui dit : «Tu sais pas que les migrants c'est la main d'œuvre du capital ?» (expression sous copyright JLM).
1
8
0
12
Puis le gars essaie de lui arracher sa pancarte. Yanouz se défend et traite le type de raciste. Là-dessus ses potes lui tombent dessus. «L'un d'eux a crié : “on le chope !” Je sais pas combien ils étaient, une dizaine, peut-être plus. Ils m'ont coursé à travers la manif.»
1
7
0
6
Dans la mêlée quelqu'un lui arrache sa pancarte. Heureusement, d'autres manifestants s'interposent. Parmi ses sauveurs, Yanouz reconnaît un militant du Comité Adama avec qui il avait discuté lors d'une manif précédente.
1
7
1
15
Les antifas auraient tenté ensuite de virer ses agresseurs du cortège, mais il ne sait pas comment ça s'est fini, car il était «trop choqué» pour observer lucidement la scène.
1
4
0
8
S'ensuit un bref échange avec un membre du service d'ordre, «un mec en tenue camouflage, genre légionnaire, manifestement d'extrême droite lui aussi». Que les fafs aient réussi à préempter le SO d'une manif comptant de gros contingents de gauche lui laisse un goût amer.
2
10
2
15
Yanouz est de celles et ceux qui pensent qu'il ne faut pas laisser le pavé à l'extrême droite – quitte à prendre le risque de manifester à ses côtés. Ou de se faire cogner par elle.
1
8
0
15
Un dilemme accentué par le fait qu'un certain nombre d'organisations ou de responsables ont fait le choix de minimiser la composante fascistoïde du mouvement, voire de s'en accommoder, au risque d'aggraver la confusion et de laisser les nervis prendre leurs aises.
2
9
0
23
D'un autre côté, c'est bien parce qu'il y avait des camarades sur place que Yanouz a sauvé sa peau samedi dernier. Et qu'il a trouvé la force pour surmonter le choc et revenir manifester aujourd'hui.
1
6
0
15
Quelle que soit l'analyse que l'on tire de la situation ambiante, et la stratégie que chacun.e essaie de se bricoler pour y faire face, on peut au moins s'accorder sur un point :
1
6
0
7
celles et ceux qui sont intervenu.e.s ce jour-là méritent un gros coup de chapeau, de même que les camarades du NPA qui se sont fait attaquer cet après-midi. Et salut aussi à @yanouz !
1
9
0
45