J'ai encore replongé. De manière étrange, ma vie de chercheur indépendant (c'est-à-dire, de chercheur affilié nulle part, sinon en la demeure de mes propres questions et pensées) se répartit au fil de l'année en deux périodes distinctes :
1
1
1
Au printemps et à l'été, je lis des monographies d'ethnologie ; à l'automne et en hiver, je travaille aux études antiques. Et il en va ainsi depuis des années. le fil directeur, c'est le religieux, les dieux, les esprits, et particulièrement les polythéismes.
1
1
1
Quand j'en aurais fini avec mon prochain livre, Moldanau (purement littéraire celui-là), au printemps prochain, j'essaierai peut-être de partager toutes ces lectures, tout ce savoir, tous ces questionnements,
1
sous forme de podcast éventuellement. On verra. En attendant : ces "dialogues" polémiques de "philosophes Chrétiens" contre les Platonistes d'Alexandrie sont des pièces importantes (et délicieuses) de la toute fin de l'antiquité tardive.

Jan 22, 2022 · 10:53 AM UTC

1
On s'y affronte au sujet de la résurrection des corps, de l'éternité du monde, du destin des âmes - d'une autre manière que leur contemporain Jean Philopon (trop "philosophe" au goût des institutions religieuses dominantes sans doute).
1
Sur cette période passionnante et la complexité de l'enseignement de la philosophie à Alexandrie, il faut lire l'étude de Edward J. WATTS, City and School in Late Antique Athens and Alexandria (2006) !